Resnumerica - Actu du web

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 29 janvier 2005

Oui man !



A lire, cette critique du livre de Cyril Lignac, le chef de Oui, chef !, émission réalité de M6... Post excellent car loin des critiques de presse : là, certaines recettes ont été testées, d'où un feed back de l'expérience utilisateur qui rend le propos cent fois plus intéressant ! Voir le post de C'est moi qui l'ai fait ! : Celui où elle testait un livre de cuisine.

Tea time


Offert par A., cette réédition commentée du Classique du thé. Pour ceux qui veulent retrouver le goût du thé évitez tout de même de l'essayer, comme moi, avec du sel : le choc des culture serait trop grand !

La présentation de l'éditeur :
Il est peu de breuvages qui aient eu, dans la culture d'un peuple, la place du thé en Chine. La préparation du précieux liquide a suscité dans l'empire du Milieu une multitude de traités, d'essais et de poèmes qui surprennent par l'exigence et la minutie qu'ils révèlent. Parmi ces œuvres, le Cha jing, ou Classique du thé, qui vit le jour il y a 1200 ans sous la prestigieuse dynastie Tang, se distingue par son ancienneté et sa perfection.

Essai magistral d'un nommé Lu Yu, l'œuvre fixe une fois pour toutes les canons du thé en l'envisageant sous tous ses aspects : la culture, la cueillette, la préparation, la dégustation, les ustensiles, la plante elle-même. École de frugalité et de rigueur, le Cha jing puise aux sources des courants essentiels de la pensée chinoise, le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme. Lu Yu, fin lettré et moraliste, dévoile à travers ce traité une véritable philosophie du thé, guidée par le besoin de l'excellence et la quête constante de raffinement. Aujourd'hui, les choses ont bien changé, et cet érudit serait bien étonné de voir comment se consomme, de nos jours, la boisson à laquelle il a voué vingt ans de sa vie.

Pourtant, le lecteur contemporain ne pourra que goûter la merveilleuse poésie et l'exotisme délicieux qui émanent de ces pages légendaires. Voici donc restitué pour la première fois en France ce texte fondateur qui valut à son auteur d'être consacré " dieu du thé " et honoré comme tel, et qui aujourd'hui encore, constitue l'un de ces ouvrages mythiques où s'inscrit le cœur de cette extraordinaire civilisation.
Lire ici un article intéressant.

mardi 4 janvier 2005

A la cave !



Trouvé à la Librairie de Paris, place Clichy, ce petit livre de François Audouze qui, en vingt repas, raconte les très rares et grands et anciens crus qu'il a fait dégusté...

Pour info, le résumé de la quatrième de couv' : Vins rares, années légendaires, les héros de cette promenade gourmande ont pour noms Malvoisie des Canaries 1828, Yquem 1932, Haut-Brion 1945, Richebourg domaine de la Romanée-Conti 1961, Pétrus 1967... Mais aussi des petits vins d'appellations plus accessibles. Dans ses carnets, François Audouze raconte en esthète truculent ses aventures et ses expériences de collectionneur de vins anciens. Il évoque ces rendez-vous magiques où l'accord parfait entre vins et mets constitue un moment inoubliable, fait de suspense, d'émotion et de grâce. Un festival d'arômes et de saveurs où l'on croise les grands chefs et les hauts lieux de la gastronomie française. Mais ouvrir ces flacons de légende requiert des connaissances particulières et cet amateur passionné livre ses conseils pour acheter, conserver et boire ces monuments du terroir français.

Biographie François Audouze a constitué au fil du temps une importante collection de vins anciens. Il est à l'origine de Wine-dinners, qui propose et organise des dîners subtils autour des plus grands crus.