Michael Pollan est un des ces auteurs que je relis de temps en temps et surtout quand j'ai l'impression d'écrire de travers. Ici, il nous permet de comprendre la société américaine -jeune, qui vient de faire ses dents de laits et qui a découvert l'unilatéralisme de la volonté- au travers de ses jardins et de sa relation à la nature. Brillant.

Procurez-vous Second Nature: A Gardener's Education


A lire aussi sa Botanique du désir...



A lire, enfin, le ce pdf ( Cannabis, forgetting, and botany of desire )